mascotte

Dessiné par Tom Dunn en 1887, ce golf est le second plus ancien de France après Pau (1856). Il est situé sur la Côte d’Émeraude, au bord de la mer que l’on voit depuis les 18 trous. Ceux-ci portent tous un nom (La Patte de Chien, La Bérésina…). Ce parcours n’est ni long, ni fatiguant. Il peut donc paraître facile, mais le score final rappelle à la réalité. Car s’il n’est pas difficile, il est délicat: sol sablonneux, fairways ondulés, greens petits, surélevés et très rapides, nombreux bunkers, très peu d’arbres, mais beaucoup de genêts et d’ajoncs.Dinard, c’est aussi le vent! Comme à bicyclette, il est presque toujours de face ou alors de profil et c’est beaucoup plus dur. Il lui arrive aussi d’être très fort et alors il faut garder la balle basse et en avoir plusieurs dans son sac. Mais le vent a d’autres avantages. Il tempère les extrêmes, atténue les fortes chaleurs, adoucit les hivers rigoureux et chasse vers l’intérieur des terres les nuages chargés de pluie.

Ce lieu de légendes est un site classé où ont été identifiées de nombreuses variétés d’animaux et de végétaux remarquables. Un arrêté de biotope les protège et en fait une réserve naturelle.

Pour le reste. le parcours est chargé d’histoire. Il accueille les amoureux de l’endroit, dont de nombreux champions. On y joue des compétitions fédérales comme des coupes de classement.

C’est un vrai links historique.