mascotte

bandeau-accueil

Le Dinard Golf, bien que situé sur la commune de Saint-Briac-sur-Mer, est né de la volonté d’une petite colonie britannique venue s’installer à Dinard à la fin du XIXe siècle.Ces familles d’anciens officiers de l’armée des Indes ou d’Égypte viennent séjourner sur cette Côte d’Émeraude où elles s’organisent pour pratiquer leurs sports favoris. C’est le début des bains de mer, l’arrivée du chemin de fer et l’engouement pour un nouvel art de vivre. Ils créent alors le premier Tennis Club de France, développent la plaisance avec la voile et se mettent à la recherche d’un terrain pour construire un golf.

Une cinquantaine d’hectares de lande et de dunes face à la mer, entre les genêts et les ajoncs, terrain d’élection de moutons et de quelques vaches, retiennent leur attention. A l’issue de nombreuses négociations et péripéties, l’architecte écossais Tom Dunn construira en 1887 le parcours tant attendu.

Le Dinard Golf à Saint Briac connaît alors une grande notoriété. De nombreux tournois y sont organisés et le Saturday Review de 1890 écrira: « son sol sableux en fait le meilleur parcours de l’époque en France »… Dinard devient le « seaside golf »!

Des personnalités diverses s’y retrouvent et il n’est pas rare de voir sur le même parcours le grand Duc de Russie et l’artisan du village. C’est le sport d’abord dans la tradition britannique, et il en est de même aujourd’hui.

Le parcours, miné pendant la dernière guerre, sera à nouveau ouvert au jeu en 1949.

Depuis lors, de nombreux championnats et rencontres sont organisés et nos amis britanniques (des îles anglo-normandes en particulier) sont toujours fidèles.

Enfin, le petit club-house en bois des débuts, reconstruit en 1927 par l’architecte Marcel Oudin, précurseur du béton, abrite des trophées prestigieux (British Amateur, 1er Championnat du Monde féminin, etc.) et réunit toujours dans un même esprit sportif et convivial les membres d’aujourd’hui.

UneBalleALaMer

de Marie-Christine PARIS
chez Albin Michel

Qu’il soit né ici ou seulement de passage, qu’il soit sportif ou simple promeneur, chacun a ressenti la magie du Golf de Saint-Briac, ce lieu qui fait partie du paysage et contribue à son alchimie.
Dans cet espace ouvert à tous les vents, à tous les regards, à tous les courants, quand la mer, de colère, se met à « voler », giflant d’écume mousseuse les petits drapeaux qui résistent, l’union est consommée.